Skip to main content
x
NEC18
-
École Nationale Supérieure d’Architecture -- Nantes

 

Les 13 & 14 Septembre prochain à Nantes aura lieu la première édition des Numériques En Commun[s] (NEC). L'événement -- construit sur 3 axes de travail : les lieux, les données, et les communs -- a pour ambition d' "écrire ensemble la société numérique de demain" en contribuant à la construction d'une société numérique innovante, ouverte, soutenable et éthique.  

Des lieux numériques émergent et se réinventent ; des acteurs s’engagent pour que chacun puisse acquérir une « culture numérique » ; les expérimentations de participation citoyenne et de budgets participatifs en ligne se multiplient ; des communautés s’activent pour créer et entretenir des ressources libres et faciles d’accès.
Pourtant, les nombreux défis imposés par l’accélération de la numérisation des gestes quotidiens effraient : on constate que la dématérialisation des services, notamment publics, renforce l’exclusion sociale, on reporte des vols massifs de données personnelles et leur utilisation à des fins anti-démocratiques, on s’inquiète du retard européen important sur les secteurs clefs et on se demande comment faire société à l’heure des plateformes déterritorialisées.

Ces nombreux défis imposent des réponses collectives et croisées entre les réseaux de la médiation et des cultures numériques, ancrés dans les territoires, et de nouveaux acteurs (collectivités, entreprises, etc.) qui ont à cœur d’amplifier et d’accompagner les dynamiques existantes.

Numérique en commun[s] est un événement apprenant qui s’inscrit dans un processus de construction à long terme : il s’enrichit des travaux déjà effectués et laisse des traces identifiables et utilisables des réflexions qui y ont court. C’est un événement réplicable, en licence ouverte, dont l’organisation est pensée pour être reconduite en tout point du territoire.

3 axes de travail

LIEUX

CONCEVOIR LES LIEUX HYBRIDES OÙ S’INCARNE L’IMPACT SOCIAL DU NUMÉRIQUE

Depuis presque 40 ans, des lieux « nouveaux » sont apparus autour des technologies, du numérique et de pratiques culturelles et sociales. Ces lieux ont permis le développement de pratiques informelles, interdisciplinaires entre hybridation, expérimentation et créativité. D’autres espaces, davantage institutionnels et structurés, ont transformé leurs activités pour répondre aux enjeux suggérés par le numérique. Ces espaces s’engagent dans des formes d’appropriation des technologies par le plus grand nombre. Appropriation au sens de les comprendre, les anticiper, les détourner, les transmettre. Cet ensemble de pratiques constitue « les cultures numériques », définissant un vocabulaire et un espace commun. Le point central de cette approche est l’abandon de l’idée que la technologie peut diffuser par elle-même les savoirs et savoir-faire nécessaires, sauf à s’incarner en lieu de rencontre, de savoirs et d’apprentissages.

DONNÉES

OUVRIR ET PROTÉGER LES DONNÉES : RÉCONCILIER LES INJONCTIONS CONTRADICTOIRES

Personnelles ou d’intérêt public, le poids de l’analyse des données produites par nos usages numériques dans la prise de décision privée comme publique s’amplifie. Pour partager une vision d’ensemble de la création des données jusqu’à leur utilisation finale, il faut donc questionner la place de l’usager, de sa protection, de sa compréhension des enjeux et son consentement à l’utilisation de celles-ci.  Par ailleurs, si le mot d’ordre de l’ouverture des données d’intérêt public semble bien compris, les questions dinteropérabilité, de standardisation et de pérennité se posent pour qu’elles soient utilisées à leur plein potentiel. 

COMMUNS

ÉCRIRE UN CADRE FACILITANT POUR LA CRÉATION ET L’UTILISATION DES COMMUNS DU NUMÉRIQUE

Saisir les opportunités du numérique c’est profiter de la mutualisation, du partage de ressources technologiques désormais possibles grâce aux mouvements des logiciels et des savoirs libres. 

Si ces principes sont aujourd’hui mis en pratique à diverses échelles, il reste à partager un cadre collectif clair pour la création, la protection et l’utilisation de ces actifs mis en communs et administrés collectivement. Cette logique de développement et d’administration par la multitude de nos communs numériques pose la question de la place des acteurs publics dans ce processus. Comment l’État ou les collectivités territoriales peuvent-ils contribuer et déployer des communs numériques durables ?

 

>>>>>>

INSCRIPTIONS

Pour assister à l'événement, inscrivez-vous via le lien suivant : ICI

 

Infos pratiques