Skip to main content
x
Montchalin-OSXP

La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques lance le plan d’action logiciels libres et communs numériques

Le Mercredi 10 Novembre 2021, à l’occasion du salon Open Source Expérience qui s’est déroulé à Paris, la Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques de France Amélie de Montchalin a annoncé un nouveau plan d’action « logiciels libres et communs numériques ».

Ce plan d’action, à hauteur de 30 millions d’euros, vise à développer la connaissance et l’utilisation des logiciels libres et des communs numériques dans l’administration. Il fait suite de la publication du Rapport Bothorel puis de la circulaire data du Premier ministre du 27 avril 2021, et a pour objectif de soutenir la transformation numérique de l’État. Il est piloté par un nouveau « pôle d’expertise logiciels libres », constitué au sein du département Etalab de la DINUM.

Le plan d’action « logiciels libres et communs numériques » est divisé en trois axes corrolaires des différents objectifs définis par le Gouvernement.

  • Le premier est de mieux connaître, concevoir et utiliser les logiciels libres et les communs numériques dans l’administration. Il s’agit ainsi de référencer des solutions libres et open source dans le catalogue GouvTech mais également les logiciels libres et les communs numériques utilisés par l’administration. L’objectif et de mettre en avant les outils libres et open source utilisés pour favoriser leur réutilisation tout en accompagnant la contribution de l’administration dans les communs numériques. L’accès aux ressources doit donc être facilités et l’accompagnement dans la création de communs numérique favorisé.
  • Le deuxième axe vise à développer et accompagner la libération et l’ouverture des codes sources. Les administrations doivent ainsi être aidées dans cette ouverture notamment dans la mobilisation de leurs écosystèmes autour des codes sources publiés. Pour cela, le plan d’action prévoit le développement de la plateforme code.gouv.fr par le référencement et la valorisation des contributions des administrations à l’écosystème des logiciels libres (solutions et bibliothèques) et des communs numériques. Est également prévu l’animation de la communauté des relais interministériels notamment par le soutien des partenariats utiles à l’ouverture logicielle.
  • D’un point de vue plus globale, le dernier axe vise à s’appuyer sur les logiciels libres et open source et les communs numériques pour renforcer l’attractivité de l’État-employeur auprès des talents du numérique. Ainsi, le plan d’action propose l’animation d’un réseau d’échange d’information et d’expertise Blue Hats ou encore l’organisation d’un évènement annuel “sprint du libre et de l’open source”. L’objectif est de valoriser les initiatives des agents et des chercheurs contribuant à des logiciels libres ou à des communs numériques et d’attirer les experts de ces domaines dans le développement de projets.

Les actions sont conjointement portées par le pôle d’expertise logiciels libres, avec l’appui des missions LABEL et TALENTS du programme TECH.GOUV. D’autres initiatives portées par la DINUM peuvent également y contribuer ponctuellement (notamment les missions BETA et PILOT). Le plan et l’avancée de sa mise en œuvre seront publiés sur communs.numerique.gouv.fr.
Le Gouvernement cherche donc à renforcer la direction de sa politique concernant le libre par cette prise de parole. Amélie de Montchalin a ainsi annoncé l’ouverture prochaine du code source de France Connect. « Nous nous sommes engagés à ouvrir également le code source du calcul du prélèvement à la source », ajoute la ministre.

Pour plus de détails https://communs.numerique.gouv.fr/.